Skip to main content

​​​​​​FAQs​


▻ La HEA n'est-elle pas un outil d'alerte précoce ? Peut-elle être utilisée à d'autres fins ?

​     

Depuis la fin des années 1990, la HEA a été adaptée afin d'être utilisée dans divers environnements et pour toute une gamme de programmes. Elle est utilisée dans des contextes ruraux et urbains, dans des zones sujettes à des crises alimentaires suite à des sécheresses ou à des chocs de marché, dans des pays qui possèdent des systèmes nationaux d'alerte précoce établis, dans des contextes d'urgence et de développement, et dans des situations impliquant des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI). Au départ, elle a été développée en tant qu'outil d'alerte rapide d'insécurité alimentaire aiguë, mais on l'utilise de plus en plus souvent dans la conception de programmes plus larges, portant notamment sur la protection sociale et les moyens de subsistance.                 

​     

Outre son rôle d'alerte précoce, elle est utilisée pour mettre en lumière les activités de génération de revenus les plus efficaces ; la conception de programmes de subsistance ; la conception de programmes de protection sociale (ciblage ; établissement des niveaux de transfert ; création d'activités de suivi) ; le ciblage géographique ; le suivi et l'évaluation de l'impact d’un projet sur les bénéficiaires (en début/milieu/fin de projet) et pour mesurer la résilience.                                  

​     

Voir Utilisations de la HEA sur ce site internet.             

 ​                                

▻ La HEA exige-t-elle un niveau élevé de compétences techniques et une formation poussée ?

​     

Le cadre lui-même est transparent et facile à comprendre. Une expertise est nécessaire pour collecter les données de référence afin de garantir la rigueur et la qualité, et pour réaliser l'analyse des résultats, pour laquelle on utilise généralement un ou deux outils HEA basés sur Excel, à savoir un Tableau de bord et un Tableur d’analyse d’impact sur les moyens de subsistance (ou LIAS).

​     

Il existe des programmes de formation éprouvés pour l'évaluation de référence et l'analyse des résultats. Certaines applications HEA peuvent également nécessiter une expertise en matière de suivi, comme la capacité de recenser les facteurs qui doivent être surveillés dans un système d'alerte précoce ou pendant le cycle de vie d'un projet, et quelle méthode employer. Mais pour être un praticien HEA compétent, il faut avant tout avoir régulièrement l'occasion d'appliquer ce que l'on a appris pendant la formation.

 ​                                

▻ La HEA est-elle appréciée des donateurs ?

​     

La HEA est un cadre des moyens de subsistance internationalement reconnu, utilisé depuis plus de 20 ans dans environ 50 pays par différents organismes humanitaires et de développement et organisations gouvernementales. Plus de 540 évaluations de référence HEA ont été élaborées par SC et ses partenaires (principalement en Afrique, mais aussi en Asie et en Amérique latine).                                  

​     

Les donateurs considèrent la HEA comme une méthode rigoureuse et rentable pour déterminer quand, où et à qui apporter de l'aide et le montant de cette aide. Ils apprécient le fait qu'elle peut atteindre des résultats à grande échelle.                                 

​     

Par exemple, le projet HEA Sahel de SC était financé par ECHO depuis 2010 et cofinancé par OFDA depuis 2013 et a permis d'établir plus de 90 profils de subsistance HEA dans les sept pays ciblés du Sahel. L'analyse des résultats est effectuée deux fois par an par des groupes de travail HEA pour renseigner les cadres d'alerte précoce nationaux et régionaux et est l'une des sources de données fondamentales dans les analyses.                                 

 ​                                

▻ Qu’est-ce que le FEG ?

​     

Le Food Economy Group (FEG) est un groupe de consultation qui joue un rôle central dans la mise en œuvre et le développement continu de la HEA. Ses membres ont mis au point les outils du tableur HEA (le tableur de stockage des données de référence, le Tableau de bord et le LIAS). Ils fournissent des services HEA à toute une gamme d'ONG (dont SC), d'organismes internationaux et de gouvernements. Ils proposent formation et expertise pour adapter la HEA à des buts et contextes particuliers.                                  

 ​                                

▻ La HEA peut-elle être utilisée pour examiner l'impact de la pauvreté et des chocs sur le bien-être des enfants ?

​     

Bien que le cadre HEA soit axé sur les activités économiques des ménages, on admet qu'il serait très utile de pouvoir l'adapter afin qu'il cible l'éducation, la santé, la protection et la nutrition des enfants. Les données standard HEA relatives aux dépenses comprennent les dépenses en matière d'éducation et de santé, lesquelles peuvent être encore davantage désagrégées pour enregistrer, par exemple, des dépenses scolaires spécifiques (livres, uniformes, frais de scolarité) ou des frais de soins de santé pour certains membres du ménage (filles, garçons, adultes). Certaines évaluations de référence HEA (p. ex. en Éthiopie) incorporent des renseignements, désagrégés selon l'âge et le sexe, sur la personne au sein du ménage qui génère la source la plus importante de revenus et d'aliments. Cela pourrait être exploité afin d'examiner plus spécifiquement les revenus du travail des enfants.                                 

​     

Dans une étude menée au Sahel en 2017-18, un processus a été conçu pour calculer les « paniers de dépenses minimums sectoriels » (PDM sectoriels) et pour modifier les outils HEA afin d'incorporer l'analyse de résilience PDM. Cela a été réalisé en réponse à une demande d'analyse plus approfondie des dépenses des ménages dans des secteurs clés concernant le bien-être des enfants (tels que la santé, l'éducation, l'assainissement et l'hygiène) qui pourraient être comparées aux dépenses nécessaires pour respecter les normes sectorielles.                                 

​     

Le PDM sectoriel se base sur le coût des normes internationalement reconnues pour la santé, l'assainissement, l'hygiène, le logement, les biens ménagers (cuisine, éclairage, couchage et habillement), l'éducation, les intrants de base des moyens de subsistance, la protection en période de violence, les contributions communautaires (« inclusion sociale ») et une alimentation saine. Le seuil du PDM est généralement établi par personne ou par ménage, mais les coûts peuvent être séparés selon l'âge et le sexe si une analyse du bien-être des enfants, par exemple, est requise.                                 

​     

Le seuil du PDM sectoriel fournit une mesure supérieure des ressources nécessaires pour vivre à un certain niveau de bien-être par rapport au seuil de protection des moyens de subsistance de la HEA.                                 

​     

▻ La HEA offre-t-elle les informations désagrégées nécessaires à la conception et au ciblage de la protection sociale ?

​     

Les planificateurs de programmes peuvent exiger des données relatives aux ménages, définies selon des critères autres que socio-économiques : ménages avec enfants, ménages dirigés par un retraité ou une femme, ou ménage qui comprend un orphelin ou une personne touchée par le VIH et le sida. La HEA est-elle un outil pertinent dans ce cas ?                                 

​     

Le cadre HEA n'exclut pas l'étude des groupes de ménages définis par des caractéristiques démographiques ou autres. Des méthodes d'échantillonnage et d'analyse différentes peuvent être utilisées. La classification socio-économique en quatre catégories ne répond pas, par elle-même, à tous les besoins en matière d'informations ; trouver des moyens d'aider les plus pauvres nécessitera généralement d'accorder plus d'attention à des sous-groupes particuliers au sein des catégories « très pauvres » ou « pauvres ». Par exemple, les ménages pauvres dirigés par des femmes ont fait l'objet d'une enquête distincte et ont été étudiés à l'aide de l'échantillonnage dirigé.                                 

​     

Il convient cependant de souligner que les détails fournis par une analyse HEA qui se concentre sur quatre groupes socio-économiques apportent déjà des informations précieuses pour concevoir et cibler les transferts de protection sociale. Les caractéristiques des groupes socio-économiques « très pauvres » ou « pauvres » en termes de bétail et de propriété foncière peuvent être transformées en critères de ciblage, qui peuvent ensuite être « retransmis » aux dirigeants ou aux comités communautaires afin de recenser les ménages individuels qui auront droit à une aide.                                  

​     

Des entretiens avec des ménages individuels ont également été utilisés en conjonction avec d'autres méthodes pour mieux comprendre les ménages extrêmement pauvres et les répercussions de maladies chroniques sur les foyers. Ces micro-études approfondies peuvent être très utiles pour compléter les données nationales existantes, telles que celles obtenues lors d'enquêtes sur le budget des ménages, et pour mettre en évidence des moyens d'aider les ménages très pauvres.                                 

​     

▻ La HEA peut-elle être utilisée dans des situations d'urgence complexes et de crises prolongées ?

​     

La HEA a été utilisée dans plusieurs situations d'urgence complexes, allant du Burundi à la Somalie jusqu'au Kosovo. Bien que la logique du cadre HEA ait été appliquée, quelle que soit la situation, les méthodes de terrain ont été adaptées pour que le plus d'informations pertinentes possible soient collectées et interprétées par tous les moyens disponibles dans la situation. Lorsque les déplacements du personnel international sont limités, par exemple, il peut être possible de former des équipes au niveau central et de gérer le travail de terrain à distance.                                  

​     

Dans des environnements fluides, imprévisibles et potentiellement inaccessibles, une méthodologie comme la HEA qui permet des projections basées sur des scénarios peut apporter une valeur ajoutée.                                  

​     

La HEA n'a pas pour but de fournir une analyse des déterminants sociaux et politiques des crises complexes, bien que ceux-ci soient naturellement pris en compte lorsque l'on examine les moyens de subsistance.                                 

​     

▻ Est-ce que la HEA peut être utilisée en même temps que l'analyse du Coût de l'alimentation ?

​     

La HEA est souvent utilisée en conjonction avec le CdA, car leurs analyses se complètent. Le CdA permet aux utilisateurs d'estimer le coût d'une alimentation répondant à leurs besoins en énergie et leur apportant les protéines, les lipides et les micronutriments recommandés, tandis que la HEA donne une image détaillée des revenus et des dépenses des ménages. Les résultats du CdA peuvent donc être comparés aux données de la HEA et l'accessibilité économique d'une alimentation nutritive pour chaque groupe socio-économique (ménages très pauvres, pauvres, moyens et plus aisés) peut être estimée. Ces informations peuvent être utilisées pour :                                 

- évaluer si la pauvreté empêche les ménages pauvres d'accéder à une alimentation variée et nutritive                                  

- estimer le montant des transferts monétaires pour les programmes de protection sociale dont le but est d'avoir un impact sur la nutrition par le biais de l'alimentation                                  

- modéliser l'impact des interventions potentielles sur l'amélioration de l'accessibilité économique de l'alimentation                                 

- éclairer les programmes de nutrition « Cash plus » et d'autres programmes de subsistance et de nutrition.                                  

​     

Un examen des études sur la HEA et le CdA en Asie fournit un aperçu utile de la façon dont les informations tirées de ces deux outils se complètent et indiquent la meilleure façon de soutenir les enfants dans les ménages pauvres. Voir « How FamiliesCopewithPoverty in Asia: Lessonsfrom a Multi-Country review of Household Economy Analysis and Cost of the Diet Assessments, 2011-15 » (Comment les familles font face à la pauvreté en Asie : leçons d'une étude multipays des évaluations effectuées par l'analyse de l'économie des ménages et le Coût de l'alimentation).                                  

​     

▻ Quelles sont les ressources nécessaires pour la HEA ?

​     

Le principal coût d'une HEA consiste à produire une évaluation de référence. Il faut compter quatre semaines pour réaliser une évaluation de référence HEA complète, environ 4-8 personnes et au moins un(e) praticien(ne) HEA expérimenté(e).                                  

​     

Mais la validité des données de référence obtenues dure pendant 5-10 ans et pendant ce temps, elles peuvent être utilisées soit seules, soit en tant que base pour les analyses des résultats, afin de modéliser l'effet du changement. Sa rentabilité doit donc être considérée en fonction de son utilité au cours de cette période.                                 

​     

L'analyse des résultats (ou l'analyse des scénarios) nécessite 3-5 jours de formation. Une formation à la collecte des données de suivi qui alimenteront l'analyse des résultats pourra également être nécessaire.                                  

​     

Une évaluation de référence HEA comprend les éléments suivants :                                 

Semaine 1 : formation aux concepts et collecte de données.                                  

Semaines 2 et 3 : collecte des données. Implique des discussions avec des informateurs clés au niveau du district ou de la région et des entretiens au niveau communautaire dans 8-12 villages.                                  

Semaine 4 : saisie et analyse des données.                                  

​     

Pour les évaluations de référence effectuées pour renseigner des projets plus localisés, il est possible de compenser la couverture d'une zone plus petite en obtenant des données plus désagrégées ou en consacrant plus de temps aux entretiens séparés avec des hommes et des femmes.                                 

​     

Pour réaliser des évaluations de référence rapides, comme dans le cas d'évaluations des besoins d'urgence, le nombre de villages, le nombre d'entretiens et la quantité d'informations collectées peuvent être réduits. Mais les HEA rapides doivent être dirigées par un(e) praticien(ne) HEA très expérimenté(e).                                  

​     

En dehors du personnel et de la formation, les ressources suivantes sont nécessaires pour réaliser une évaluation de référence :                                  

- transport pour se rendre dans la région et sur le terrain                                  

- hébergement pour les consultants nationaux/internationaux (si nécessaire)                                  

- frais et indemnités journalières du personnel                                  

- papeterie, papier et impression.                                  

​     

▻ Pourquoi la réalisation d'une évaluation de référence HEA nécessite-t-elle une formation si poussée ? Cela en vaut-il la peine ?

​     

Mener une enquête HEA sur le terrain est une tâche difficile sur le plan technique. Rien à voir avec un système de questionnaire dans lequel des enquêteurs remplissent des formulaires tandis que la totalité de l'analyse des données est effectuée plus tard par quelqu'un d'autre. Les agents de terrain qui réalisent la HEA doivent être des analystes ; ils doivent vérifier que les informations enregistrées sur le terrain sont logiques et poser des questions supplémentaires quand elles ne le sont pas.                                 

​     

La HEA exige beaucoup des agents de terrain, ce qui signifie que leur formation est beaucoup plus poussée que pour une enquête par sondage habituelle. Mais il y a des avantages. Le personnel approfondit sa compréhension des notions de moyens de subsistance et de sécurité alimentaire en général, et de la population étudiée en particulier. Il y a aussi un plus grand sentiment d'appropriation partagée de l'analyse et des résultats.                                 

​     

Ainsi, une évaluation HEA n'est pas seulement un exercice visant à obtenir des informations, mais également un processus qui renforce la confiance du personnel et sa capacité à rendre compte, par lui-même, des moyens de subsistance. Pour le personnel qui est également impliqué dans la conception et la mise en œuvre des interventions, ces compétences peuvent considérablement améliorer la qualité de son travail.                                 

​     

Dans tout type d'enquête les enquêteurs doivent comprendre les éléments de base du sujet et comment réaliser des recoupements élémentaires. La question n'est pas que les méthodes HEA par elles-mêmes nécessitent un personnel hautement qualifié, mais qu'un personnel de haut niveau est requis pour toute méthode qui cherche à fournir des données valides sur les moyens de subsistance.                                  

​     

▻ Les évaluations de référence HEA coûtent-elles cher ?

​     

La réalisation d'une évaluation de référence HEA complète, formation comprise, nécessite jusqu'à quatre semaines de travail à plein temps, plus les frais et indemnités journalières. Cependant, une évaluation de référence HEA utilise généralement des méthodes d'évaluation rapide qui tendent à être moins coûteuses que les enquêtes par sondage qui traitent des échantillons plus importants, et augmentent de ce fait les coûts de transport et de personnel. Les méthodes d'évaluation rapide utilisées dans la HEA ont tendance à mettre davantage l'accent sur une petite quantité de données de meilleure qualité, plutôt qu'une grande quantité de données de qualité inférieure.                                 

​     

En termes de temps, l'expérience a montré que le temps nécessaire pour le travail sur le terrain et l'analyse HEA est en fait plus court que pour la plupart des enquêtes par sondage qui recueillent des informations similaires. Les résultats des enquêtes par sondage sont rarement disponibles avant au moins un mois (et nécessitent souvent beaucoup plus de temps) après l'achèvement des travaux sur le terrain.                                  

​     

Le poste budgétaire le plus coûteux dans une HEA est généralement le salaire des consultants internationaux. C'est également le cas dans beaucoup d'autres méthodes de collecte de données. Mais la HEA donne ses meilleurs résultats et est la moins coûteuse lorsqu'elle est institutionnalisée et lorsque la plupart des activités, y compris la formation, sont effectuées par le personnel national. Dans ce cas, les consultants internationaux ne sont requis que pour des tâches très spécifiques et brèves.                                  

​     

Mais il est indéniable que les informations de qualité ont un coût. Il ne sert à rien de tenter un exercice de HEA sans les ressources minimales pour obtenir un résultat fiable. L'expérience a montré maintes et maintes fois qu'à long terme, le coût des décisions prises sur la base de mauvaises informations peut être très élevé en termes d'occasions manquées de réduire la souffrance ainsi que le gaspillage matériel.                                  

​     

▻ La HEA est-elle toujours réalisée de la même manière ?

​     

La HEA est un cadre analytique, et non pas une méthode de collecte d'informations. Elle ne se limite pas à une seule méthode de collecte de données. Les données de l'évaluation de référence HEA sont le plus souvent recueillies à l'aide de méthodes d'évaluation rapide, car l'expérience a démontré que ces méthodes constituent un moyen efficace de recueillir et de recouper les informations requises, compte tenu du temps et du financement généralement disponibles. Mais la HEA peut utiliser des données collectées à l'aide d'un large éventail d'outils, à condition que des mesures appropriées puissent être prises pour assurer la qualité de ces données.                                  

​     

Bien que le cadre HEA soit resté identique, la méthodologie a été adaptée pour refléter les différences de contexte, de finalité, d'accès géographique et de sécurité, ainsi que le temps, le personnel et le financement disponibles. La HEA réalisée dans les zones urbaines nécessite une approche différente de celle réalisée dans les zones pastorales, du point de vue des informations requises, des méthodes d'échantillonnage et de l'analyse des échantillons, de même qu'une évaluation pour comparer les moyens de subsistance des PDI et de leurs hôtes nécessite une approche différente d'une HEA qui cherche à évaluer un système national d'alerte précoce en Afrique australe.                                  

​     

Par exemple, les évaluations d'impact de projet qui utilisent une HEA font généralement appel à une HEA individuelle (IHEA), dans le cadre de laquelle les entretiens sont menés avec des ménages individuels plutôt qu'avec des groupes de discussion. Une IHEA a été réalisée au Sri Lanka, en Indonésie et au Liban, en utilisant un modèle de contrôle randomisé basé sur l'échantillonnage en deux étapes et en utilisant la technique de probabilité proportionnelle à la taille.                                  

​     

La HEA rapide est une autre variante de la HEA standard et est utilisée dans les situations d'urgence quand il n'est pas possible de faire une évaluation HEA complète. Les méthodes utilisées dans une HEA rapide varient. Certaines ont largement recours aux entretiens avec des informateurs clés, d'autres utilisent des groupes de discussion, mais de façon moins détaillée, d'autres utilisent un grand nombre d'entretiens individuels de courte durée avec des ménages, et d'autres encore utilisent une approche d'étude de cas détaillée avec un petit nombre de ménages ou un petit échantillon de villages. Il est également possible de combiner plusieurs de ces méthodes.                                  

​     

▻ Pourquoi faire une évaluation HEA complète si l’on peut faire une évaluation rapide moins coûteuse ?

​     

Les évaluations HEA rapides ne doivent pas être un type d’évaluation de premier choix, car elles obligent à faire d'importants compromis sur le niveau de détail recueilli et, presque invariablement, sur la fiabilité des données. En effet, un nombre réduit de données et d’entretiens offre moins de possibilités de recouper les informations.                                  

​     

De même, une évaluation de référence HEA standard peut être réutilisée d'une année sur l'autre et l’investissement à court terme dans le recueil des données de référence porte ses fruits à long terme. Toutefois, il n’est pas recommandé de réutiliser les données de référence obtenues lors d’une évaluation rapide, si bien que le retour sur l’investissement est faible à long terme.                                  

​     

▻ Comment les informations de référence HEA sont-elles collectées ?

​     

La technique la plus couramment utilisée pour obtenir des informations de référence HEA est l'entretien semi-structuré. Il s'agit d'un entretien au cours duquel la personne chargée de l’enquête sait exactement à quelles questions elle souhaite obtenir une réponse ; cependant, elle n'obtient pas ces informations par le biais d'une liste de questions prédéfinies. Elle a la flexibilité de poser des questions d'une façon et dans l'ordre qu'elle considère comme les plus susceptibles d'obtenir ces informations, en s'appuyant simplement sur une liste de contrôle.                                  

​     

Par exemple, la personne chargée de l’enquête sait qu'elle doit obtenir des détails sur le revenu du répondant, sans pour autant connaître tous les moyens par lesquels la personne interrogée gagne de l'argent. Les enquêteurs sont également encouragés à recouper leurs informations et à demander des explications au répondant lorsque ces différentes informations se contredisent. Bien qu'ils nécessitent plus de temps, une formation plus poussée et un enquêteur de plus haut niveau, ces entretiens présentent un certain nombre d'avantages par rapport à la méthode du questionnaire.                                  

​     

Pour plus d'informations, voir Chapter 4 How is HEA done? dans HEA: A Guide for Programme Planners; and Chapitre 3 Évaluation de référence dans l'Approche de l'économie des ménages ‒ Guide du praticien.                                  

​     

▻ Si les résultats de l'enquête quantitative sont statistiquement valides, cela ne signifie-t-il pas qu'ils sont plus robustes que les données HEA ?

​     

Pas forcément. La qualité des données n'est pas tant liée à la méthode elle-même qu'à la façon dont la méthode est mise en œuvre dans la pratique. Il y a de bonnes et de mauvaises pratiques dans chaque méthode de recherche. La validité statistique est un concept attrayant, et quand les données elles-mêmes sont de bonne qualité, les tests de validité statistique sont importants pour démontrer que les résultats sont fiables. Cependant, il est possible que de mauvaises données soient statistiquement valides, par exemple si la question était mal formulée, ou si les réponses fournies étaient empreintes d'une certaine partialité. De même, les bonnes pratiques en matière de recherche qualitative peuvent conduire à des données solides, tandis qu'une mauvaise pratique conduira à des informations peu fiables.                                 

​     

Pour en savoir plus, voir Reliability, representativeness and rigour in HEA: HEA and rapid rural appraisal methods par FEG (2018).                                  

​     

▻ Les zones de subsistance ont-elles une utilité pratique, étant donné qu'elles ne respectent pas toujours les limites administratives ?

​     

Il est assez courant de trouver différents modes de subsistance dans un même district, et a fortiori dans une même région. Au Swaziland, par exemple, les quatre régions administratives contiennent des éléments de plusieurs zones de subsistance différentes, reflétant l'opposition entre les écologies Lowveld et Middleveld.                                  

​     

Toutefois, les décisions relatives à l'affectation des ressources et à la fourniture des services sont prises sur la base des zones et des unités administratives, de sorte que les zones de subsistance HEA tendent à être alignées, dans la mesure du possible, sur des limites administratives ou coutumières de niveau inférieur. Au Malawi, elles ont été alignées sur les limites de la zone de planification de la vulgarisation (EPA) ; au Swaziland avec les limites de chefferie. Ainsi, les populations des zones de subsistance peuvent être localisées et aidées en fonction de lignes administratives, et une analyse plus désagrégée peut être effectuée à l'aide de données relatives aux divisions administratives de niveau inférieur, le cas échéant.                                  

​     

▻ En incluant des stratégies d'adaptation particulières dans l'analyse des résultats, n'essayez-vous pas de prédire comment les ménages se comporteront dans une crise ?

​     

Dans la HEA, la caractéristique la plus importante d’une réponse ou d'une stratégie d’adaptation est son coût, qui est mesuré du point de vue de son effet sur les moyens de subsistance, sur la production future du ménage et sur la santé et le bien-être de ses membres individuels.                                  

​     

Mais inclure une stratégie d’adaptation particulière dans l’analyse n'implique pas que les ménages adopteront nécessairement cette stratégie. Par exemple, si l’analyse prend en compte le revenu qui pourrait être perçu de la vente d'animaux d’élevage supplémentaires, cela ne signifie pas que les ménages adopteront nécessairement cette stratégie. Ils choisiront peut-être d'employer une ou plusieurs des autres stratégies qui s'offrent à eux, y compris des stratégies considérées sous certains aspects comme nuisibles ; par exemple, ils pourront réduire leur consommation de nourriture, ou demander à un membre du ménage de partir, de façon permanente, pour chercher du travail.                                  

​     

Au fond, l’analyse de la réponse des ménages ne cherche pas à modéliser un comportement – autrement dit, à prédire les options qu’un ménage adoptera effectivement lors d’une crise, et celles qu'il n'adoptera pas. Elle cherche plutôt à définir un niveau d’accès en deçà duquel les ménages n'ont quasiment aucune autre option que d’adopter des stratégies susceptibles d’être nuisibles à long terme ; c'est-à-dire, un niveau d’accès en deçà duquel l’analyse montre qu’une intervention extérieure est appropriée.                                  

​     

▻ La HEA exclut-elle les stratégies d'adaptation qui nuisent à l'environnement comme la vente de bois de chauffage ?

​     

L'analyse des résultats permet à l'utilisateur d'exclure les stratégies d'adaptation à coût moyen qui, dans le contexte local, sont considérées comme nuisibles pour les personnes, leurs moyens de subsistance ou l'environnement, ou qui pourraient nuire à leur capacité de se remettre d'un choc. Elles incluent l'augmentation des ventes de bétail, des ventes de cultures et des dons, l'intensification des activités de travail local et d'emploi autonome, et l'augmentation des ventes de bois de chauffage et de charbon.                                  

​     

▻ À quelle fréquence devrions-nous réaliser des évaluations de référence pour une zone de subsistance donnée dans des contextes qui sont très fluides ?

​     

Dans des circonstances stables, on considère qu'une évaluation de référence est valide pendant 5-10ans. Ce qui peut varier, c’est le niveau habituel de nourriture ou de sécurité des moyens de subsistance, mais cela dépend davantage du niveau de danger que des variations dans les modes de subsistance sous-jacents.                                 

​     

Dans des circonstances instables, où, par exemple, un conflit change radicalement la base d'actifs d'une population et les sources de nourriture et d'argent auxquelles elle a accès, il est nécessaire de refaire une évaluation de référence plus tôt. Toutefois, investir dans une évaluation de référence complète ne sera pas toujours rentable dans un contexte extrêmement fluide où les données de référence risquent d'être invalidées en très peu de temps.                                  

​     

C'est pourquoi une évaluation de référence menée pendant une HEA « rapide » (généralement effectuée en situation d'urgence) n'est pas valide au-delà de l'année où l'évaluation est effectuée. Les HEA rapides ont tendance à impliquer moins d'entretiens et un ensemble d'informations réduit.                                  

​     

▻ La HEA est-elle statistiquement rigoureuse ?

​     

On considère parfois que les seules informations « véritables » sont celles qui sont issues des enquêtes par sondage fondées sur des statistiques. Toutefois, les approches statistiques ne sont pas les seules à être « rigoureuses ». Les statisticiens seront les premiers à souligner que l'échantillonnage statistique aléatoire ou probabiliste peut garantir une chance de représentation égale dans une zone donnée, mais ne garantit en aucune façon l'exactitude des données communiquées.                                 

​     

Que les données soient recueillies au moyen d'entretiens auprès des ménages échantillonnés statistiquement ou d'entretiens avec des groupes de discussion soigneusement sélectionnés, ce qui importe, c'est la façon dont le travail est effectué et les moyens mis en œuvre pour promouvoir l'exactitude.                                 

​     

Pour en savoir plus, voir Reliability, representativeness and rigour in HEA: HEA and rapid rural appraisal methods par FEG (2018).                                  

​     

▻ La HEA ne devrait-elle pas considérer les causes profondes non économiques de la pauvreté ?

​     

La HEA est une analyse économique qui devra être combinée avec des outils supplémentaires pour analyser les facteurs non économiques en profondeur. Toutefois, la HEA pourrait être considérée comme l'une des nombreuses approches ou spécialités qui peuvent apporter une contribution indirecte, mais importante à ce type d'analyse des facteurs non économiques.                                  

​     

La description holistique des stratégies et des biens de subsistance offre une perspective extrêmement précise de la pauvreté, par exemple, des restrictions financières auxquelles les populations pauvres doivent faire face et de la façon dont elles tentent de maximiser ce qu'elles peuvent faire avec ce qu'elles ont. Elle décrit en détail les écarts de richesse dont une personne externe n'a pratiquement pas conscience, mais qui reflètent entre autres le déséquilibre des pouvoirs et de l'influence au niveau politique et social.                                  

​     

Cette interface entre l'aspect économique et non économique permet à la HEA d'établir en termes généraux les causes non économiques de la pauvreté, qu'il s'agisse de la marginalisation politique et de l'insécurité, comme dans la région de Turkana au Kenya ou de la distribution inéquitable des terres, comme dans le désert du Thar au Pakistan. Une analyse plus poussée de ces déterminants structurels de la pauvreté est du ressort d'autres spécialistes.                                  

​     

▻ Comment la HEA a-t-elle été élaborée ?

​     

La HEA a été élaborée par Save the Children au début des années 1990 pour améliorer l'analyse de l'accès des gens à la nourriture dans les zones sujettes à l'insécurité alimentaire ou à la famine. Son objectif était de donner aux décideurs chargés du système d'alerte rapide des risques de famine des informations plus rigoureuses et plus fiables leur permettant de juger quand et comment aider les populations susceptibles de souffrir d'insécurité alimentaire. Depuis lors, elle a été adaptée afin d'être utilisée dans de nombreux contextes géographiques et de programmation : dans les zones rurales et urbaines, pour les populations réfugiées et déplacées internes, et dans la protection sociale, la conception des projets, le ciblage, le suivi et l'évaluation.                                  

​     

Pour un historique plus complet de la HEA, voir « Livelihoods at the Limit: The Story of Household Economy Analysis »                                  

​