Skip to main content

Les zones de subsistance

Les évaluations du Coût de l'alimentation sont effectuées dans des zones de subsistance spécifiques, définies à l'aide de la méthodologie de l'analyse de l'économie des ménages (HEA).

La liste des aliments

Avant de commencer la collecte des données, il convient de dresser une liste de tous les aliments (locaux, importés, cultivés et sauvages) disponibles au cours de l'année. Cette liste servira de base pour l'étude de marché et le questionnaire d'entretien.

L'étude de marché

Une étude de marché est ensuite réalisée dans six à huit marchés représentatifs de la zone de subsistance, où les ménages les plus pauvres achètent leur nourriture. Le prix et le poids de tous les aliments présents dans les marchés sont recueillis pour chaque saison. Les commerçants sont également interrogés sur les tendances annuelles des prix, la saisonnalité et les changements dans l'offre et la demande des denrées alimentaires. Ces données collectées sont converties en un prix pour 100 g généré parle logiciel.

Les discussions de groupe

Les discussions de groupe sont réalisées dans quatre villages afin de définir une alimentation nutritive qui tienne compte des habitudes alimentaires. Chaque groupe doit avoir huit participants, deux de chaque catégorie socio-économique identifiée par la HEA. Tous les participants doivent être ceux qui préparent la nourriture pour le ménage. Le questionnaire d'entretien est basé sur la liste d'aliments établie avant et pendant l'étude de marché, et a pour objectif de déterminer la fréquence à laquelle les aliments sont consommés en fonction de leurs disponibilités saisonnières. Les questions sont basées sur les observations initiales issues des données de marché, des commentaires des commerçants et des réponses au questionnaire. Des informations sont collectées sur les principaux aliments de base, la production agricole au niveau du ménage, les modes de consommation « normaux », les tabous culturels et les aliments sauvages consommés.

Les restrictions

Les restrictions appliquées visent à refléter les habitudes alimentaires types plutôt que des contraintes économiques, car le Coût de l'alimentation est un outil qui illustrer une alimentation qui pourrait être atteint si les limites économiques étaient supprimées.