Skip to main content

​​​​​​​​

La HEA accorde une place centrale à la description détaillée de la façon dont les personnes joignent les deux bouts, d'une année à l'autre, et des liens qu'elles entretiennent avec d'autres personnes et d'autres lieux pour leur permettre de faire face. C'est ce que l'on appelle la situation de référence, ou un ensemble de données sur la nourriture, les revenus, les dépenses et les biens pour chacun des quatre groupes socio-économiques (généralement) : très pauvre, pauvre, moyen et plus aisé. Les données se rapportent à une période de 12 mois définie, ou année « de référence ».


Comment l'évaluation de référence est-elle utilisée?

​​​​

Une évaluation de référence HEA peut être utilisée de manière indépendante, pour un certain nombre d'objectifs programmatiques : la définition d'interventions possibles pour les moyens de subsistance, le ciblage et la création de paniers de dépenses qui serviront de seuils. 


Elle fournit également des données de référence pour l'analyse des résultats (ou des scénarios) qui modélisent l'impact d'un changement sur l'accès des ménages à la nourriture ou à l'argent.   

En quoi consiste-t-elle?


Une évaluation de référence HEA dure environ quatre semaines et exige une équipe d'environ huit personnes, dirigée par au minimum un(e) praticien(ne) de la HEA expérimenté(e). Elle comprend une semaine de formation, deux semaines de travail sur le terrain et une semaine de saisie et d'analyse des données.   


Le travail sur le terrain comprend: 

  • des discussions avec des informateurs clés dans les districts/la région
  • des entretiens dans 8-12 villages par zone de subsistance. Dans chaque village:
    • un entretien avec un groupe de discussion communautaire pour déterminer les groupes socio-économiques
    • des entretiens avec des représentants de chaque groupe socio-économique pour quantifier les sources de nourriture et de revenus des ménages ainsi que leurs habitudes de dépenses. 


     

    Une évaluation de référence comporte trois éléments:

     

    1. un zonage des moyens de subsistance
    2. une classification par groupe socio-économique
    3. une analyse des stratégies de subsistance pour chacun des groupes socio-économiques définis.





    Escale 1: Zonage des moyens de subsistance

    Une zone de subsistance est un secteur dans lequel les personnes partagent essentiellement les mêmes caractéristiques d'accès à la nourriture (c'est-à-dire qu'elles produisent les mêmes cultures ou élèvent les mêmes types de bétail) et ont le même accès aux marchés. 


    Le zonage comprend la préparation de cartes et l'analyse des options possibles pour obtenir de la nourriture et des revenus dans chaque zone, ainsi que des réseaux de commercialisation qui déterminent les caractéristiques des échanges entre les zones.


    Escale 2: Classification par groupe socio-économique


    Bien que le lieu géographique ait tendance à définir les options offertes aux ménages pour obtenir de la nourriture et des revenus, la capacité d'exploiter ces options et de survivre en temps de crise est largement déterminée par l'appartenance à un groupe socio-économique. Autrement dit, la terre, le capital et le bétail que les gens possèdent, ainsi que leur niveau scolaire et leur accès aux réseaux politiques et sociaux déterminent les moyens avec lesquels ils obtiendront de la nourriture et de l'argent ou comment ils répondront à un changement soudain ou à long terme.


    Pour rendre compte de ces variations, la HEA définit des ménages types dans chaque zone en fonction de différents groupes socio-économiques. Sur le terrain, les catégories socio-économiques sont définies par le biais d'entretiens avec des informateurs communautaires clés. La classification « pauvre » et « plus aisé » fait donc référence à des niveaux locaux plutôt qu'externes.


    Souvent, ces niveaux sont prévisibles selon les caractéristiques générales des moyens de subsistance : la taille des exploitations agricoles, la disponibilité de la main-d'œuvre et la puissance de traction définissent le niveau économique dans une économie agricole pauvre ; la qualité de la terre et l'accès aux équipements de pêche le définissent dans les communautés de pêche/agricoles ; la taille des troupeaux le définit dans les économies pastorales.


    Escale 3: Analyse des stratégies de subsistance

    ​​

    Après avoir regroupé les ménages en fonction de leur lieu de résidence et de leur niveau économique, la prochaine étape consiste à examiner les profils alimentaires et de revenus monétaires ainsi que les profils de dépenses sur une période de référence déterminée. On obtient ainsi un tableau de référence qui décrit exactement comment les ménages se procurent la nourriture qu'ils consomment et l'argent dont ils ont besoin, et comment ils dépensent leur argent.


    De nombreuses approches de l'analyse des moyens de subsistance décrivent comment les personnes se procurent de la nourriture et de l'argent. La HEA diffère en cela qu'elle fournit des informations quantitatives : la quantité de nourriture ou d'argent que les ménages obtiennent auprès d'une source particulière et le montant qu'ils dépensent sur certains articles et services de base sur une période définie.


    Cette quantification est nécessaire non seulement pour présenter un tableau précis des opérations et difficultés des ménages, mais aussi pour permettre de juger une nouvelle situation (positive ou négative) sur le plan de son effet possible sur les moyens de subsistance. C'est ce qui constitue l'analyse des résultats, la seconde partie du cadre de la HEA.

    ​​​​​

    Comment réaliser une évaluation de référence


    Voir les chapitres traitant de ce sujet dans l'Approche de l'économie des ménages ‒ Guide du praticien:

    Zonage des moyens d'existence: Chapitre 2 de l'Approche de l'économie des ménages ‒ Guide du praticien

    L'évaluation de référence: Chapitre 3 de l'Approche de l'économie des ménages ‒ Guide du praticien